LES CHANGEMENTS DE 2019

LES CHANGEMENTS DE 2019

 04.01.2019

Il y aura quelques changements dans le secteur de l’immobilier en 2019 mais qui resteront mineurs. Certains seront plus avantagés que d’autres. 

  • Nouvelle taxe sur les contrats d’assurance emprunteur : 

Dès le 1er janvier 2019, une taxe de 9% sera appliquée sur toutes les garanties des contrats d’assurance emprunteur. Les courtiers en assurances anticipent une hausse des cotisations d’environ 6% pour les emprunteurs.

  • Les APL revalorisées de 0,3% :

Les APL (Aides Personnelles au Logement) destinées aux ménages défavorisés seront un peu améliorées dès le 1er janvier 2019 avec une hausse de 0,3%. 

À l’approche du mois de mai, une réforme sera mise en place pour attribuer cette aide en fonction des revenus de l’année en cours et non plus des deux années précédentes. 

Les personnes ayant droits à cette aide devront réactualisées leur profil tous les 3 mois. L’objectif de la réforme est de mieux contrôler l’attribution des APL. 

  • Le « Denormandien ancien » : 

C’est un nouveau dispositif qui permet d’investir dans l’ancien pour faire du locatif. Il sera applicable dans certaines villes de tailles moyennes. Les investisseurs pourront réduire leurs impôts de 12% à 21%. Les principales conditions seront d’investir dans les villes sélectionnées, de réaliser des travaux à hauteur de 25% du prix du bien et de louer le logement sur une durée de 6 à 12 ans. 

  • L’éxonération de la plus-value pour les non-résidents : 

Si la vente d’une résidence principale se fait en France et que les vendeurs partent vivre à l’étranger alors ils profiteront d’une exonération sur l plus-value réalisées. 

Cette exonération ne sera valable que sur les transactions réalisées en 2019. 

  • Aide pour la rénovation de la résidence principale : 

Le CITE (Crédit d’Impôt Transition Énergétique) va continuer jusqu’au 31 décembre 2019 et permettra à ceux qui rénovent leur résidence principale de déduire de leur impôt une partie des dépenses.

L’éco-PTZ est aussi prolongé jusqu’en 2021.

  • Contrôle des locations saisonnières 

Les sites de locations saisonnières comme AirBnB sont dans le viseur de l’administration. Dès cette année, tous les sites de ce type devront transmettre à l’administration fiscales tous les revenus dégagés par les loueurs. 

Certains sites vont aussi restreintes les possibilités des loueurs en bloquant à trois mois le nombre de jours de locations.